Atelier d’échange et de réflexion stratégique 6-7 mai 2017 à Zagreb

CONTEXTE

Cet atelier réalisé à la demande des associations féministes croates est le quatrième organisé dans le pays depuis 2013.


ORGANISATION

29 femmes représentant 20 associations de femmes croates (venant de 9 villes différentes) ont participé à l'atelier de réflexion stratégique. Pour faciliter la communication avec les femmes du FFMed qui organisaient l'atelier, les interventions des unes et des autres étaient traduites en anglais ou en croate.

Après une brève présentation de chacune, la première partie de la rencontre était dédiée à l'analyse de la situation en Croatie qui s'avère de plus en plus dure d'année en année.

SITUATION POLITIQUE

La Croatie traverse une "révolution conservatrice" avec un parti de droite démocrate-chrétien qui a fait alliance avec Most, parti politique lié à l'Eglise catholique. Les droits des femmes sont de plus en plus attaqués depuis l'accès de la Croatie à l'Union Européenne et le gouvernement a entrepris de détruire la société civile en coupant les subventions et en soutenant la montée des activistes conservateurs (mouvements pro-life, défenseurs de la famille traditionnelle, …). Les violences de genre continuent à augmenter sans aucune sanction ou jugement alors même que la Croatie est sur le point de ratifier la Convention d'Istanbul qui combat les violences faites aux femmes et la violence domestique. Le processus de ratification avance très lentement en raison des nombreuses objections des politiciens de droite.


PRIORITÉS DU MOUVEMENT DES FEMMES

Les associations ont ensuite échangé sur les priorités du mouvement des femmes et les priorités externes puis ont choisi d'en retenir deux pour lesquelles un travail en groupe permettait de définir les actions à mettre en œuvre. Les priorités retenues étaient la mentalité du néo-conservatisme et les droits sexuels et reproductifs.
Le premier groupe a choisi la réalisation d'une nouvelle campagne pour définir le mot "genre" et son impact et pour aider à rendre inopérantes les attaques possibles et à changer les mentalités. Cette campagne doit atteindre le monde rural.
Le second groupe a travaillé sur les actions à réaliser pour bloquer une marche pro-life qui se déroulait à Zagreb le 20 mai.
Toutes les propositions des groupes ont été présentées en plénière.

CONCLUSION


Les participantes au moment du bilan étaient très enthousiastes et satisfaites des changements qui s'étaient opérés pendant les deux journées. Elles ont réalisé la planification d'actions concrètes dans les mois à venir en capitalisant sur leurs différentes compétences. Elles ont aussi exprimé le besoin d'être plus fortes et plus unies dans cette période si difficile. Pour elles, il est important de pouvoir participer à un atelier de réflexion stratégique tous les ans en présence de facilitatrices extérieures car elles n'ont pas le temps et les moyens de se rencontrer tout en considérant qu'un espace de « think-tank » est essentiel pour avoir une action efficace.

Le Fonds pour les Femmes en Méditerranée a de son côté confirmé son soutien du Réseau de Femmes.