Atelier d’échange et de réflexion stratégique le 29-30 Novembre 2014 à Zagreb

CONTEXTE

Prenant en compte leur expérience, les fondatrices du Fonds pour les Femmes en Méditerranée savent à quel point il est difficile pour les associations de femmes de prendre du temps pour partager leur analyse de la situation dans leur pays, pour évaluer les forces et les faiblesses du mouvement des femmes et prendre en considération leurs besoins et les stratégies à implémenter.
C'est pourquoi, le Fonds pour les Femmes en Méditerranée offre aux associations de femmes d'un même pays un espace de discussion et de réflexion stratégique : c'est une sorte de "think tank" féministe avec aucune obligation de résultat attendue à la fin de la rencontre.

Un premier atelier de réflexion stratégique s'était tenu en Novembre 2013 avec la participation de 18 associations de femmes croates. Ce nouvel atelier, en 2014, était organisé afin de créer un espace de discussions pour poursuivre les réflexions entreprises l'année précédente.

ORGANISATION

22 femmes représentant 16 associations de femmes croates (venant de 6 villes différentes) ont participé à l'atelier, parmi elles certaines étaient âgées de moins de 30 ans. Pour faciliter la communication avec les femmes du FFMed qui organisaient l'atelier, les interventions des unes et des autres étaient traduites en anglais ou en croate.

La première partie de la rencontre était dédiée à un retour sur les challenges identifiés en 2013 afin d'évaluer leur pertinence un an plus tard. Les participantes ont confirmé ces challenges, ajouté des précisions à leur analyse initiale et enfin ajouté un sujet pour lequel elles estimaient une très haute priorité : la défense des droits sexuels et reproductifs des femmes croates.

Elles sont ensuite revenues sur la priorité principale retenue en Novembre 2013 et ont discuté des priorités du moment. Finalement, elles ont classé les principaux défis pour l'année 2015 :
• éducation civique
• défense des droits sexuels et reproductifs
• conséquences de l'accord avec le Vatican (Concordat).

À ce point de la rencontre, les participantes se sont séparées en trois groupes pour analyser plus en profondeur un des défis et réfléchir aux réponses possibles.

Plusieurs questions leur étaient proposées pour faciliter la réflexion :
- Comment convaincre ?
- Que faire ?
- Comment le faire ?
- Combien cela coûterait-il ?

Pour chaque question, les groupes ont pu apporter des réponses et des actions.

Le bilan du travail effectué et du déroulement des deux journées s'est effectué avec toutes les participantes à la fin de la rencontre. L'évaluation a montré que celle-ci était très re-motivante pour les militantes présentes qui étaient ravies d'avoir eu l'opportunité de parler et réfléchir dans une atmosphère aussi détendue. Certaines participantes ont fait remarquer que l'obligation de parler dans un micro (pour la traduction) était une bonne manière de prendre du temps et de penser avant de parler, et de mieux écouter les autres.
Les participantes ont exprimé leur souhait qu'une autre rencontre soit organisée d'ici un an par le Fonds pour les Femmes en Méditerranée et ont signalé qu'elles se sentaient plus performantes et plus fortes après ces deux journées. L'assemblée s'est réjouie de la participation des jeunes femmes qui ont trouvé leur place parmi les femmes leaders plus anciennes.

Pour le Fonds pour les Femmes en Méditerranée, cet atelier a été une très bonne opportunité pour en savoir plus à propos du travail, des succès et difficultés que rencontrent les associations de femmes en Croatie. C'était aussi un nouveau défi puisque c'était la première fois qu'il organisait un atelier de réflexion stratégique comme suite d'un autre. La pertinence de tels ateliers a été une fois de plus confirmée ainsi que la capacité du Fonds à organiser ces rencontres stratégiques dans différents pays de la Méditerranée.