Réunion de réflexion stratégique sur les droits humains des femmes
dans la région du Moyen Orient et de l’Afrique du Nord
27 mars 2013
Tunis – Tunisie

CONTEXTE

Depuis plusieurs années, le Fonds d’Action Urgente et le Fonds des Femmes en Méditerranée prévoient de mener une action conjointe dans la région méditerranéenne. En novembre dernier, les deux Fonds ont décidé de mettre à profit la tenue du Forum Social Mondial en Tunisie pour y organiser une réunion de femmes de la région afin qu'elles participent à des discussions, échangent des expériences et parlent de stratégie.

ORGANISATION DE L’ATELIER

La rencontre était organisée avant le Forum Social (26-30 mars) pour permettre aux femmes invitées d'intégrer la réflexion stratégique issue de l'atelier lors des débats du Forum.

Pour organiser cet atelier, le FFMed s’est appuyé sur son réseau de contacts et la confiance dont il bénéficie dans la région. Vingt-cinq femmes furent invitées, finalement 14 d'entre elles participèrent à la rencontre : 4 de Syrie, 2 d’Iraq, 1 du Liban, 2 d’Israel/Palestine, 1 de Turquie, 3 de Tunisie, 1 d’Algérie.
Le programme de l'atelier était très simple : la plus grande part du temps était consacrée à la discussion. Le format devait donc être flexible et adapté aux besoins : le recours à la traduction Arabe/Anglais était indispensable.

Après une rapide présentation de chaque participante, les représentantes des Fonds se sont présentées et ont expliqué leur mission. La discussion a été ensuite animée par la directrice du FFMed, activiste de la région connue de longue date. Son rôle était de présenter l’atelier, de distribuer la parole à l’auditoire, de reformuler les points soulevés pour s’assurer que la contribution de chacune était prise en compte.

La discussion s’est orientée vers les défis rencontrés par le mouvement des femmes dans la région à la suite des différentes révolutions : toutes les participantes ont pris le temps de partager leurs préoccupations, leurs difficultés et ce qu’elle considère comme les principaux défis à relever.

Au cours de la deuxième partie de la journée, les femmes activistes se sont focalisées sur l’identification des priorités et l’énumération des besoins du mouvement des femmes dans leur pays.

RESULTATS DE L’ATELIER
La situation de femmes et du mouvement des femmes en fonction du contexte

Les points positifs

• Les révolutions ont montré que le changement est possible. Se basant sur l’expérience des révolutions dans le monde, les femmes activistes sont très conscientes du danger de voir leurs droits ébranlés. Il paraît clair à presque toutes les participantes qu’elles ne peuvent attendre des hommes qu’ils prêtent attention aux droits des femmes : les femmes doivent lutter pour leurs droits maintenant, même si l’accent mis sur les problèmes des femmes dans le contexte de combat national est considéré comme antipatriotique. Pour les pays, le travail pour élaborer une constitution est critique.
• La liberté de la presse s’étend, ce qui est assez nouveau dans la région. Les femmes peuvent maintenant trouver des alliés dans les media.
• Les jeunes sont en train de devenir une force politique (mais ils ont besoin de formation).
• Les expériences de conseils et de démocratie participative ont ouvert des perspectives et de nouvelles voies pour vivre ensemble.
• Les thèmes comme la sexualité, l’avortement, le corps des femmes, et les droits sexuels sont discutés par les féministes : même si le processus est lent, les tabous s’écroulent.

Les points négatifs

• La montée des fondamentalistes dans la sphère politique et le discours moral (contre les femmes) a lieu dans la région entière.
• Les gouvernements ne soutiennent pas les femmes et la participation des femmes dans les prises de décision est très faible.
• Les effets de la guerre sur la vie des femmes (bombardements, blocus, camps de réfugiés, menaces de mort quotidiennes) entraînent la perte de droits, la pauvreté, le trafic.
• La situation économique des femmes s’est détériorée : elle est souvent liée à l’illettrisme, au mariage précoce, à la violence contre les femmes et au harcèlement sexuel dont toutes les participantes disent qu'il est en augmentation.
• Le mouvement des femmes est trop renfermé sur lui-même et décourage les jeunes féministes de développer leur compétences.

La définition des besoins et priorités

Les activistes ont dressé la liste des besoins et priorités dans leur pays respectif. Pour en savoir plus, cliquez ici.

EVALUATION

Les résultats de la rencontre mettent en lumière son succès. Un débat très intéressant s’est déroulé toute la journée et de nombreuses informations ont été partagées. Un désaccord est apparu sur l’analyse politique du mouvement islamiste et il était intéressant de constater que c’est un des grands débats de la région MENA.

L’autre aspect positif a été que plusieurs jeunes femmes ont participé. Elles ont pu expliquer leurs difficultés à se sentir insérées dans le « vieux » mouvement des femmes.

L'atelier a offert une très bonne représentation du mouvement des femmes dans la région, par âge, par positionnement politique, et aussi par les liens de chacune des femmes avec les réseaux de la région.

Malgré les dangers auxquels elles sont confrontées, les ennuis qu’elles traversent, la souffrance qu’elles portent –particulièrement les syriennes et les iraquiennes-, les femmes invitées sont fortes et pleines d’espoir : le FFMed est fier d’être à leurs côtés.

CONCLUSION

Malgré quelques difficultés mineures liées aux dates du Forum Social, la rencontre s’est déroulée dans de bonnes conditions. L'atelier a permis d'échanger des informations intéressantes concernant la situation des femmes dans les différents pays, il a offert aux participantes un espace de réflexion sur la situation de leur pays. L’UAF et le FFMed ont bien sûr proposé leur soutien aussi bien financier qu’organisationnel.

Du point de vue des deux Fonds, cette relation de collaboration s’est avérée excellente.

Pour l’UAF, ce fut l’occasion de rencontrer des activistes de la région et de parvenir à une compréhension plus fine de leurs préoccupations principales.
Pour le FFMed, ce fut une nouvelle occasion d’appliquer son programme de consolidation du mouvement des femmes en offrant aux femmes activistes une espace dédié à leurs préoccupations et de mesurer la pertinence du concept d'ateliers de réflexion stratégique.

Enfin, ce fut pour les deux fonds, un moyen de manifester la solidarité entre deux Fonds féministes et l’occasion de mieux se connaître et s’apprécier.