Quelques commentaires des participantes

Alger - Deuxième session de la Formation à l'Intelligence Collective
destinée aux jeunes femmes activistes

Le Fonds pour les Femmes en Méditerranée a lancé sa première formation féministe à l’intelligence collective : deux sessions de cette formation en trois temps ont eu lieu du 14 au 19 mars et du 29 juin au 2 juillet, près d’Alger avec une vingtaine de jeunes femmes venues de Constantine, Tizi Ozou, Mostaghanem, Bejaia et Alger, toutes convaincues de la nécessité d’un changement dans la condition des femmes et déjà engagées dans des associations.

Les voilà plongées dans une formation comme « elles n’en n’ont jamais vue» pendant laquelle rire et réflexion, transmission et apprentissage, poésie et rigueur, théorie et expérience se mélangent dans un espace accueillant et chaleureux.

Cette formation mêle les approches féministes tant au plan théorique (qu’est-cet-que la domination ? qu’est-ce-que l’égalité ? le féminisme ? le genre ? le mouvement des femmes ?) qu’au plan sensible (l’espace créé est un espace a-hiérarchique de liberté, de sécurité et de confiance).
Elle utilise les outils du théâtre de l’opprimé ou théâtre-forum, ou de la psychologie et du développement personnel. Son but est de permettre aux jeunes femmes — et finalement à toutes le personnes présentes, intervenantes comprises — de renforcer leur estime d’elles-mêmes, leur assurance, leur capacité à prendre la parole, à défendre leurs idées, à sortir des ornières du système de domination mais aussi à supporter la contradiction, écouter l’autre, dé-passer la confrontation et trouver une entente, pour construire des associations et renforcer le mouvement des femmes sur des bases relationnelles et organisationnelles solides.

La formation se déroule en trois sessions d'une semaine :
Le premier temps « Se rencontrer et se reconnaître » concerne la relation des femmes au monde, au niveau individuel et collectif : se connaitre soi-même et comprendre à la fois les mécanismes du système social dans lequel on s’inscrit mais aussi ceux de la mise en œuvre d’un mouvement pour le changement comme le mouvement féministe.

La deuxième session « S’affirmer en public et se soutenir » est axée sur la relation à l’autre, dans l’intimité comme dans l’espace public, l’apprentissage de la communication interne dans un groupe dont la gestion des conflits.

La troisième session « Construire et créer ensemble » prévue en automne sera le moment de la mise en œuvre de l’intelligence collective formée peu à peu par les sessions précédentes.