IFE

Combien de batailles faudra-t-il encore mener pour obtenir l’égalité entre les femmes et les hommes, pour combler le fossé plus que jamais tenace entre l’égalité en droit et sa réalité?

Tant que les Parlements seront majoritairement masculins, tant que la grande pauvreté aura un visage de femme, tant que les femmes seront exclues des processus de décision politiques qui créent l’injustice sociale et perpétuent cette pauvreté, tant qu’elles ne pourront pas se faire entendre dans les cercles où sont engendrées militarisation et insécurité  du monde nous manifesterons contre le déni de démocratie auquel - d’un bout de la planète à l’autre - nous sommes confrontées.

Combien d’années, combien de siècles faudra-t -’il encore pour en finir avec la tolérance sociale à l’égard des discriminations, de la violence à l’encontre des femmes? Le 8 mars, Journée internationale des droits des femmes se fait d’abord l’écho de leurs souffrances. Le patriarcat et ses trois piliers, le capitalisme, le militarisme et les intégrismes religieux renforcent leur carcan avec pour conséquences l’oppression et l’exclusion croissantes des femmes de l’espace public. Pourtant le mot fémicide reste « un barbarisme », la peur et la haine des femmes « des fantasmes »! Non, les droits des femmes ne sont ni une « question  transversale » ni un « supplément d’âme ». Mais le cœur de tout véritable débat sur la démocratie.

Ce 8 mars, nous proclamerons une fois encore que vivre dans la violence et l’insécurité n’est pas notre destinée naturelle et porterons ensemble, femmes d’Europe, femmes du Moyen Orient, femmes du monde - l’exigence élémentaire – d’être des citoyennes à part entière, d’avoir la maîtrise de nos corps et de participer à part égale aux décisions qui président nos vies.



Coordination de l’Initiative Féministe Européenne IFE-EFI/ 8 mars 2013