Home Présentation Equipe Financement de projets Soutenez-nous Informations Publications Nous contacter

Rencontre avec 2 personnalités de la révolution syrienne

Paris - 29 Novembre 2011


Intervention faite par le Fonds pour les Femmes en Méditerranée


Bonsoir à toutes et à tous,
Au nom du Fonds pour les femmes en Méditerranée et de l’association Souriahouria nous vous souhaitons la bienvenue et vous remercions d’être venus si nombreux et nombreuses pour manifester votre solidarité et débattre des enjeux sur le rôle des femmes dans la révolution syrienne.
Mme Basma Kodmani tenait à vous présenter ses excuses de ne pas pouvoir être présente ce soir, elle est actuellement en déplacement à New York.

Qui sommes-nous ?

Le Fonds pour les Femmes en Méditerranée a été créé en janvier 2008, à l’initiative de femmes engagées depuis plusieurs dizaines d’années pour les droits des femmes dans la région méditerranéenne. 
Partant de leurs expériences de recherche de financement pour leurs projets ou ceux d’autres associations en Algérie, en France, en Turquie, au Maroc et en Palestine, elles ont estimé nécessaire de fonder une structure dévouée à soutenir financièrement le mouvement pour l’émancipation des femmes dans la région. 
Nous sommes donc une structure qui recherche des fonds pour soutenir des projets portés par les femmes tout autour du bassin méditerranéen. Nous avons également un rôle d’accompagnement des groupes et organisations qui le souhaitent, compte tenu de notre expertise de terrain et de notre large réseau de partenaires locaux.
Nous ne voyons pas les femmes seulement comme des victimes. Notre démarche s’inscrit résolument dans la conviction que les femmes ont un formidable potentiel d’action et d’émancipation. Et c’est précisément ce potentiel que nous voulons valoriser et faire en sorte qu’il donne à la cause des femmes un élan qualitatif.


Nos valeurs et principes

Nous soutenons les organisations et les mouvements de femmes qui souscrivent aux principes de la liberté, l’égalité, la démocratie et la non-violence.
Pour nous, la question de la liberté est fondamentale. Elle est étroitement liée au phénomène de la violence. En effet plus les libertés individuelles et collectives sont restreintes ou brimées, plus la violence s’exprime dans toute son horreur.
La violence est une pulsion présente en chacun de nous et dans chacune de nos sociétés. Pour avoir personnellement beaucoup travaillé sur les mécanismes de la violence, il s’avère selon de nombreuses études que plus les conditions politiques, sociales, économiques et culturelles favorisent un environnement de libertés individuelles et collectives, plus la violence a tendance à être canalisée.
Par conséquent, la quête de la liberté est un préalable incontournable pour que la violence ne soit plus un moyen primitif d’expression.


Pourquoi cette rencontre ?

Nous ne pouvons que nous réjouir par l’avènement du printemps arabe car c’est un premier pas pour l’expression d’un désir inaliénable de liberté.
La répression féroce qui s’abat aujourd’hui sur le peuple syrien, les femmes et les enfants en particulier est l’illustration même d’un système qui ne conçoit pas la possibilité que des individus s’expriment librement.
Malgré cela, les femmes et les hommes engagés dans la révolution ont tenu le pari de la non-violence. Face aux chars et aux canons, ils offrent des fleurs et de l’eau. Face au discours de haine ils opposent des chansons et de l’humour.
Faut-il voir dans le caractère majoritairement pacifique la présence influente de nombreuses femmes dans le leadership ? C’est une question.
Notre rencontre avec les femmes syriennes aujourd’hui s’inscrit parmi les évènements organisés par de nombreuses organisations de femmes à travers la planète dans le cadre d’une campagne de lutte contre la violence faite aux femmes intitulée : 16 DAYS CAMPAIGN CHALLENGES MILITARISM AND VIOLENCE AGAINST WOMEN (The Center for Women’s Global Leadership) 

Nous tenions à manifester notre solidarité avec tous les syriens et les femmes en particulier qui se sont soulevés pour réclamer une vie libre, digne. Les atrocités que subissent les femmes en Syrie entre détention, torture, mutilation, viol et assassinats sont innommables.
Nous estimons que quelque soient nos convictions idéologiques, ces pratiques sont indéfendables.



Déroulement de la rencontre

C’est donc à toutes ces femmes que nous tenons à rendre hommage ce soir, et c’est avec notre invitée Samar Yazbek (grande écrivaine et romancière syrienne en exil en France depuis quelques mois suite à de sérieuses menaces et intimidations du régime) que nous allons débattre de leur engagement, leur souffrances mais aussi de tous les défis auxquels elles font face maintenant et dans le futur.
Avant de donner la parole à Samar, nous allons visionner 4 petits films d’environ 4 minutes chacun :
Manifestation : Souk al hamidiyé- Maisons
Suheir Atassi
Razan Zaitouneh
Etant donné que Samar s’exprime uniquement en arabe, son intervention sera traduite en français par Mme Hala Kodmani qui a eu l’amabilité et la gentillesse d’être présente. C’est elle qui accompagnera Samar dans la traduction pour le débat.
Nous clôturerons le débat vers 21h15. Puis vous êtes cordialement invités à continuer la discussion et à échanger autour d’un verre qui vous est offert dans le hall.
Si vous avez des questions concernant le Fonds, si vous avez envie de nous soutenir dans notre démarche, l’équipe est présente pour vous répondre et vous renseigner après le débat …