Égypte

AEFL

Le défi
Il y a des violences qui touchent principalement les petites filles. Derrière ces violences se cache la volonté de la société de contrôler leur corps et leur sexualité.
Les mutilations sexuelles féminines sont de celles-ci. Elles mettent en danger leur santé, physique et mentale, privent de nombreuses femmes d’une sexualité épanouie et peuvent aller jusqu’à la destruction totale de leur vie.

Chaque année, dans le monde, 3 millions de filles et de femmes (dont l'immense majorité a moins de 15 ans) subissent une forme de mutilation sexuelle féminine.
Cela équivaut à 6 fillettes par minute. 
Aujourd’hui, 200 millions de femmes vivent avec les conséquences d'une excision.

Sur la rive sud de la Méditerranée, l’Egypte est considérée comme un des pays où les mutilations sexuelles féminines sont les plus pratiquées et ce, malgré l’adoption d’un décret l’interdisant en 1996 puis d’une loi en 2008. Aujourd’hui environ 80% des filles âgées entre 15-17 ans ont subies une excision.

Les solutions
Aujourd’hui, l’association des Juristes Egyptiennes entame une grande campagne de prévention des mutilations sexuelles féminines et des violences faites aux filles. Elle vise à sensibiliser le public et plus particulièrement les parlementaires, pour faire adopter de nouveau projet loi qui protège les filles des violences dont elles sont menacées. Son but est de mettre en place un réseau solide d’une trentaine d’associations qui organiseraient une veille, pourraient alerter l’opinion en cas de besoin et venir en aide psychologiquement et juridiquement aux filles victimes de violences physiques et sexuelles.


Site Web (anglais)